Hiverner son potager pour mieux le préparer à la prochaine saison.

Ca y est, l'automne est officiellement là et le gel est même déjà arrivé. Si vous avez déjà un potager, vous avez récolté les derniers légumes qui ne supportent pas le froid et avez fait sécher vos aromates pour en profiter cet hiver. Ou peut-être rêvez-vous d’aménager un potager et vous avez entendu dire que c’est le meilleur moment de s’y atteler.

En effet l’automne est la meilleure saison pour préparer le sol ou l’entretenir pour le maintenir « vivant » et donc fertile.

On pense trop souvent aux récoltes quand on parle de potager. Pourtant c’est dans un sol sain et fertile que les légumes développent de belles racines. Or, si vous avez bien profité des récoltes cet été, le sol risque d’être fatigué. Et si vous souhaitez convertir un morceau de votre jardin en potager, ce sol est probablement peu nourri.
Comment aider le sol à se ressourcer? Pourquoi nourrir la terre grâce au paillis, appelé aussi couvert végétal ou compostage de surface?

Pourquoi couvrir le sol ?

Le paillis d’hivernage, sorte d’écharpe ou de couverture posée sur le sol, favorise la vie du sol, améliore la structure et surtout crée une couche d’humus. Or l’humus est la partie la plus riche du sol, la plus fertile. Un sol vivant est un sol dans lequel la faune vit activement. Mais il convient de le nourrir continuellement pour qu’il reste fertile et vivant. C’est pourquoi cela vaut la peine de récupérer tout ce que vous trouvez comme « déchets que la nature vous donne ».

Pas besoin d’aller chercher loin, les feuilles mortes sont tombées à cette époque-ci. Plutôt que de penser à la corvée ramassage, voyez-les comme une matière bien utile pour votre potager. Ces feuilles tiennent vos plantes au chaud et protègent leurs racines contre le gel. Elles vont également aider à dynamiser la vie du sol.

 

Comment ça se passe ?

Plus la matière est brune/morte/dure/sèche (feuilles mortes, foin, paille, copeaux, etc.), plus elle apporte du carbone. Ces matières « sèches » vont se décomposer lorsqu’elles sont en contact avec des matières vertes/vivantes/molles/souples (fanes de légumes, tontes de gazon, feuilles de consoude et d’ortie, marc de café, etc.) qui apportent de l’azote.
Le but est donc d’alterner les couches « vertes » et « brunes » dans des proportions similaires. Vous faites en quelque sorte un compost à même le sol.

Vous avez compris: ramassez et recyclez.

C’est tout bénéfice pour votre potager. Votre sol deviendra de plus en plus vivant. Et dans un sol vivant, tout pousse facilement et sans votre intervention (sans décompacter le sol, presque sans arroser et sans engrais bien sûr).

En effet, couvrir le sol permet donc de :

  • dynamiser la vie biologique qui se cache sous nos pieds: chaque organisme remplit un rôle. Les uns aèrent le sol, les autres dégradent la matière organique ou la transportent, la recyclent.
  • améliorer la structure de votre sol : toutes ces bestioles travaillent pour vous! Elles aèrent la terre en montant chercher le paillis déposé en surface et en le redescendant. Elles amendent donc votre sol en profondeur. L’air y pénètre d’autant mieux.
  • limiter l'effet du lessivage: la pluie acidifie nos sols et élimine les éléments nutritifs qu’il contient. En le couvrant vous limitez ces pertes et gaspillages, vos légumes seront d’autant plus sains et plein de nutriments.
  • ouvrir votre potager plus facilement au printemps: votre terre sera plus friable et donc facile à travailler et l’air y passera mieux. Or de quoi ont besoin les plantes pour grandir : de lumière, d’eau et d’air ! Lorsque vous ne le couvrez pas, une croute de terre compacte se forme en surface et vous devez d’abord la décompacter avant de commencer à planter les premiers légumes de printemps. Et l’eau pénètre plus difficilement en profondeur, vous devez davantage l’arroser. Quel travail inutile…


Allez-y, hivernez votre potager.

  • Nettoyez les parcelles: Il ne reste probablement que les légumes d’hiver (choux divers, scaroles, carottes, panais, poireaux et certains légumes vivaces). Arrachez ou coupez à ras du sol les tiges des légumes qui ne produiront plus cet hiver. Vous pouvez laisser les racines dans le sol, surtout celles des légumineuses qui continueront à apporter de l’azote. Coupez ces restes en petits morceaux et épandez-les sur le sol. Ce sont des matières organiques azotées.
  • Aérez votre terre à la grelinette ou fourche-bêche. N’oubliez pas d’aérer également entre les vivaces sans abîmer leurs racines.
  • Mais surtout… couvrez le sol! Cette étape est cruciale pour vos récoltes de la saison prochaine. Un sol couvert d’un épais « paillis » sera d’autant plus vivant et facile à travailler au printemps. Vous pouvez également semer des engrais verts en choisissant évidemment celui qui répond à votre besoin (aérer votre sol et/ou le fertiliser). Les engrais verts jouent également le rôle de paillis pour nourrir le sol.

Besoin d’aide ou de conseils ?

Cet article a été rédigé en collaboration avec Stéphanie de Theux, architecte potager, donc n'hésitez pas à la contacter pour dessiner votre futur potager et surtout profiter de l’automne pour amender naturellement le sol. https://montjardin.be/demarche/

Vous devez être enregistré

Seuls les utilisateurs connectés peuvent laisser un commentaire.

Cliquez ici pour vous enregistrer

Ajouter un commentaire

Haut de la page