C'est décidé! Je me lance dans un potager!

Nouvelle année, nouvelle résolution?

“On n’est jamais mieux servi que par soi-même.”
Pourquoi ne pas profiter d'un coin de votre jardin pour y faire pousser vos propres légumes et aromates. C’est une excellente manière de consommer local, sain, naturel. En plus c'est facile. Il suffit de vous lancer...

Si l’idée vous tente, il y a néanmoins quelques bases à maîtriser pour réussir à produire sans frustrations ni déconvenues. Pour ne pas vous lancer au hasard, voici quelques conseils:

1. Choisissez le bon emplacement 

Idéalement, votre parcelle potagère doit idéalement avoir:

  • une surface plane pour éviter que les semences ne coulent/dégringolent à la première pluie ou arrosage;
  • un emplacement partiellement ensoleillé (6 heures minimum de soleil par jour) et à l’abri des vents. N’oubliez pas que certaines plantes se plaisent même mieux à la mi-ombre (laitue, épinard, persil, cresson, carotte, rhubarbe) et qu’un potager exposé en plein soleil doit être arrosé plus abondamment en période de sécheresse;
  • un sol meuble et aéré pour que les racines se développent en profondeur.

Une ou deux parcelles (en pleine terre ou en bac) de 120cm x 200m sont suffisantes pour débuter. Prévoyez des allées (en gazon ou couvertes de copeaux ou de dalles) pour pouvoir circuler sans tasser la terre lors des semis et des récoltes.

L’important n’est pas tellement l’espace alloué, mais bien la manière dont vous l’organisez. Si elles sont semées au bon endroit, les plantes s’entraident entre elles et leurs feuillages maintiennent le sol humide.

2. Privilégiez la diversité 

Au sein de chaque parcelle, cultivez des plantes aussi variées que possible. En effet, les plantes interfèrent les unes avec les autres. Certaines enrichissent le sol (semez des haricots pour apporter de l’azote au sol), d’autres l’appauvrissent plus rapidement (les courges notamment).

Certaines fleurs protègent les légumes contre les attaques des parasites en les attirant (semez des capucines pour attirer les pucerons) ou en les repoussant (semez des soucis pour éloigner les piérides des feuilles de choux). Il est utile également d’attirer des pollinisateurs pour accélérer la production en semant par exemple de la bourrache au sein des fraisiers. Pour plus de détails, consultez notre fiche conseil sur les associations favorables et défavorables – Compagnonnage au potager

3. Optimisez l’espace et prolongez les récoltes

Mélangez des plantes de formes différentes, cela vous permettra de les semer plus proche les unes des autres. Semez par exemple des haricots à rames Neckargold qui grimperont sur un tipi et à côté des haricots nains La Victoire qui se développeront sous ce tipi.
Veillez à étaler les récoltes tout au long de la saison en choisissant des variétés hâtives et tardives. Commencez en mars/avril par des pois mangetout à rames Heraut que vous récolterez en juillet, puis semez sous ce même tipi en mai/juin des haricots Neckargold que vous mangerez en septembre.
Et pour l’esthétique, n’hésitez pas à varier les couleurs : essayez les haricots violets ou les carottes de couleurs.


Commencez par choisir des légumes faciles à cultiver (laitue, mesclun, radis, courgette, haricot). Evitez également les cultures trop volumineuses (courges, pommes de terre) qui prennent une place folle et occupent le terrain pour longtemps.
Par la suite, vous aurez peut-être envie d’agrandir l’espace pour y ajouter d’autres variétés de légumes, des fleurs comestibles, des plantes aromatiques et des légumes plus volumineux.

A vous de jouer:

  1. Préparez sur papier votre plan de plantation
  2. Commandez les semences des légumes que vous souhaitez
  3. Pensez aussi aux fleurs et plantes mellifères
  4. Aidez vous de bons ouvrages comme « Un autre regard sur le potager », Le Guide du jardin bio  tout y est expliqué de manière synthétique et imagée. Vous retrouverez un tas d'ouvrages de références dans notre Librairie .

Des questions, des doutes, besoin d'autres conseils? Vous découvrirez de nombreux autres articles avec des conseils sur notre blog ou n'hésitez pas à nous contacter.

Cet article a été rédigé en collaboration avec Stéphanie de Theux, architecte potager.

Envie de vous lancer et de créer votre propre petit coin potager ?
Découvrez ses formations collectives Ou contactez un architecte de potager pour organiser l’espace et préparer le plan de culture de votre espace potager.

Vous devez être enregistré

Seuls les utilisateurs connectés peuvent laisser un commentaire.

Cliquez ici pour vous enregistrer

Ajouter un commentaire

Haut de la page